Violences conjugales et confinement

15 jours après le début du confinement imposé par la crise sanitaire, on note une augmentation du nombre de violences conjugales de plus de 35 %. Les violences commises sur les enfants s’accélèrent tout aussi dangereusement.

Face à ce fléau, de nouvelles mesures sont prises pour aider les victimes à sortir de l’isolement et l’emprise qu’elles subissent. Rester chez soi pour aider à endiguer une pandémie ne signifie pas sacrifier sa vie.

RAPPEL : aucune forme de violence ne doit être acceptée et toute forme de violence doit être dénoncée :

  • la violence physique : coups et blessures volontaires
  • la violence psychique : harcèlement moral, menaces, insultes, maltraitance
  • la violence sexuelle: toute forme d’abus sexuel (attouchement, agression sexuelle, viol – même en cas de mariage ou de Pacs – pacte civil de solidarité). Une relation sexuelle doit TOUJOURS être consentie.

On parle plus des violences faites aux femmes, de “femmes battues” mais la victime peut aussi être un homme. La relation de couple doit exclure toute forme de domination ou d’agression.

Le confinement risque de durer encore plusieurs semaines. L’alcool, l’absence de vie sociale, les disputes des enfants favorisent le passage à l’acte.

VICTIMES, AGISSEZ !

Personne n’est là pour vous juger, beaucoup sont là pour vous aider !

  • Vous pouvez fuir

Même sans attestation de sortie, aucun gendarme, aucun policier ne vous verbalisera si vous êtes victime de violences ; au contraire, ils sauront vous guider. Vous pouvez quitter le domicile pour trouver refuge chez des amis, des voisins, des membres de votre famille.

  • Vous pouvez appeler à l’aide

Les numéros qui suivent vous permettront (et éventuellement vos enfants) d’être protégé.

Par téléphone

  • Le 17 : pour joindre la police et la gendarmerie.
  • Le 112 : numéro d’appel unique européen pour appeler tous les services d’urgence, valable dans l’Union européenne.
  • Le 15 : pour joindre 24h/24 le SAMU.
  • Le 18 : pour joindre les pompiers.
  • Le 119 : pour joindre une association spécialisée dans le domaine de la maltraitance des enfants.
  • Le 114 : numéro d’urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes
    victimes ou témoins d’une situation d’urgence, en remplacement des 15, 17, 18.

Par SMS

Possibilité d’envoyer un SMS au 114 gratuit, 24h/24, 7 jours/7

  • Vous pouvez vous rendre à la pharmacie le plus proche

Prétextant l’achat d’un médicament, vous pouvez vous adresser à une pharmacie. Il s’agit d’un moyen de défense des victimes de violences familiales mis en place en cette période de confinement. Les pharmaciens savent comment agir pour que vous bénéficiez de la protection immédiate de la police ou de la gendarmerie.

TEMOINS, AGISSEZ !

Ne devenez pas complice, composez le 17 !

En savoir plus sur les violences conjugales